ADRESSE 1 place de l'Hôpital 69002 LYON, France

La chapelle
dans l'Histoire

HISTOIRE DE LA CHAPELLE

La chapelle de l'Hôtel-Dieu, propriété des Hospices Civils de Lyon, a été construite entre 1637 et 1655 grâce à de généreux donateurs sur les plans de l'église jésuite de Gesù à Rome. Sa façade est de style Louis XIII, intermédiaire entre le maniérisme de Fontainebleau et le baroque est l'oeuvre de l'architecte sculpteur lyonnais Jacques Mimerel. Elle fait partie des trois églises baroques présentes à Lyon. 
 
Vidée de ses ornementations durant la révolution, elle est rendue au culte en 1802. Au 19e siècle, des dons permettent la réalisation de l'ensemble ornemental actuel. Depuis, bien qu’intégralement classé "Monument Historique" en 1941, elle n'a pas de connu de restauration.
 
Recouverte par 150 ans de poussière, la chapelle est la seule des trois chapelles baroques lyonnaises encore non restaurée, après Saint-Bruno-des-Chartreux et la chapelle de la Trinité. Sa restauration, débutée en 2012, permet de redécouvrir la magnificence d'un monument de toute première importance dans le patrimoine et le cœur des Lyonnais.
Entrée du Grand Hôpital et la chapelle de l'Hôtel-Dieu avant 1844. Litho de Chapuy

60 000 BAPTÊMES !

Le fort développement que connaît la ville au XVIIe siècle accroît les besoins d’assistance et nécessite l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu. Un bâtiment en forme de croix est construit, pouvant accueillir dans chacun de ses bras une salle destinée aux malades. Une nouvelle chapelle devient indispensable. Les marchands drapiers financent en 1637 la construction du chœur et de ses deux chapelles latérales. Les dons de grandes familles permettent ensuite l’érection des six dernières chapelles que l’on orne de leurs armoiries, et la construction s’achève en 1655 par la réalisation de la façade.
Reliée à l’Hôtel-Dieu, elle était à la fois un lieu de culte pour les patients, un lieu où les sœurs prononcent leur engagement et un lieu de baptême pour les enfants nés à la maternité. La chapelle des Fonts Baptismaux a ainsi accueilli jusqu'à très récemment un nombre impressionnant de nouveaux nés, puisque l'on dénombre entre 1940 et 1970 plus de 60 000 baptêmes.